UNE FÊTE POUR LES 8 ANS. SERIEUSEMENT ?

069159-black-paint-splatter-icon-alphanumeric-question-mark3

6 Avril 2006 – 6 Avril 2014, 8 ans déjà que le Bénin a à sa tête un nouveau président. 8 ans pendant lesquels changement puis refondation ont été proclamés comme thèmes phares de la gouvernance de Boni YAYI. 8 ans pendant lesquels les béninois n’ont cessé d’espérer que le lendemain serait meilleur que l’hier et 8 ans pendant lesquels ils se sont toujours réveillés avec l’amère sensation de s’être faits piéger et d’avoir été encore une fois la cinquième voire la sixième roue du carosse.

Une fois encore réveillé pour vaquer à ses occupations, le béninois apprend, s’il ne l’a pas déjà fait avant, une nouvelle de taille : le président va fêter les 8 ans qu’il a fait à la tête du pays. Surprise, choc, colère !!! Qu’y a t-il à fêter ? Que fête t-il exactement ? La situation du pays est-elle si réjouissante qu’il se permette de fêter ? Je ne le pense pas. Depuis 8 ans nous vivons dans un climat social digne d’un champ de mines et chaque jour qui passe voit s’émietter la paix et la cohésion sociale autrefois nôtres malgré nos déboires financiers quotidiens.

Le président Mathieu Kérékou a fait 30 ans au pouvoir. 30 ans pendant lesquels il n’a jamais fêté une seule année de pouvoir, pas une seule. 30 ans pendant lesquels il a su être assez humble pour ne pas le faire et ainsi insulter les citoyens que nous sommes. Parce que pour tous les citoyens béninois, les vrais citoyens béninois, la fête d’hier est une véritable insulte à leurs souffrances quotidiennes et surtout un affront sans égal à la situation dans laquelle se trouve notre pays depuis quelques années. Les barils de poudre sont à quelques doigts de sauter et on ne trouve pas mieux que d’allumer du feu à côté ? Cela ne se fait pas.

Le Bénin souffre de maux d’une gravité extrême mais nos dirigeants trouvent qu’il est normal de festoyer sur son lit de convalescent, peut-être espèrent-ils ou complotent t-ils pour qu’il soit moribond sous peu. Qui pensez-vous être pour poser de tels actes ? A t-on vraiment besoin de le leur hurler dans les oreilles pour qu’ils se rendent compte de tout ce qui est en suspens actuellement ?

  1. Les grèves innombrables et justifiées par le profond manque de respect et de considération pour tous les travailleurs qui font vivre ce pays. Du sang de cabri hein ?! Le gaz lacrymogène c’est juste de la fumée d’enscens ou bien ?
  2. Les enfants qui sont à la maison du matin au soir craignant que chaque seconde qui passe les rapproche inéluctablement d’une année dont la blancheur se précise de plus en plus, ce n’est pas grave. Ils ont plus de temps pour dormir et l’inactivité étant mère de tous les vices, l’avenir du peuple béninois risque fort d’être constitué de jeunes délinquants. Mais bien sûr, ce n’est pas grave non plus.
  3. Les activités économiques en berne et le taux de chômage criard, on s’en fout n’est-ce pas ? Les opérateurs économiques harcelés, poursuivis et malmenés qui préfèrent s’installer ailleurs qu’au pays, on s’en fout aussi. Nous n’avons surtout pas besoin des emplois que leurs sociétés créeraient ni des richesses que ça impliquerait. Non, nous n’en avons pas besoin, nous sommes déjà très enviables. Tchrrrrrrrrrr !!
  4. La crise énergétique sans précédent qui nous secoue depuis des mois malgré tout le tapage médiatique autour de la construction de la centrale de Maria Gleta dont on n’a même pas encore vu un seul mégawatt de produit. Impossible de travailler deux heures d’affilée et dans certains quartiers coupure pendant plus de 72h continues mais ce n’est rien, nous développerons ainsi de la nyctalopie, chose très utile oui, quand on est un chat, ce que nous ne sommes pas.
  5. Les multiples constructions jamais achevées et qui ont chacune englouti des dizaines de milliards qui auraient pu être employés à de meilleures fins. Exemple frappant : le nouveau siège de l’Assemblée enfin ce qui était sensé l’être et qui aujourd’hui fait plus penser à un immeuble abandonné et envai par la végétation qu’à autre chose. Et ils veulent le détruire pour faire disparaître la trace de leur ignoble gaspillage des deniers publics !!!
  6. La route sensée couvrir le tronçon Akassato – Bohicon, véritable lit de poussière et calvaire pour tous ses usagers. Celle de Godomey – PK14 Route de Ouidah, autre repaire de poussière et semé ça et là d’écueils dangereux si on ne fait pas attention. Le passage supérieur de Godomey jamais terminé. Des exemples parmi tant d’autres.
  7. Les scandales financiers et politiques dignes d’une série télé américaine. ICC, affaire d’empoisonnement du chef de l’état et produits radioactifs qu’on peut tenir avec un gant juste fait de latex (bravo monsieur, il faut vraiment oser hein). Ceux à venir, car je n’en doute pas, l’imagination de nos scénaristes est très fertile.

Voilà un énoncé exhaustif de quelques maux dont nous souffrons aujourd’hui. Et devant cela le président a le coeur à fêter ? Sérieusement ? Les conseillers grouillant comme des fourmis au palais présidentiel ne peuvent-ils pas de temps en temps justifier leurs frais en disant clairement quand il faut éviter des plaisanteries du genre ? Qu’y a t-il à fêter là ? Je me le demande encore. Les millions de béninois se le demandent encore aujourd’hui regrettant sûrement un certain choix d’il y a quelques années parce que 6 Avril 2006 – 6 Avril 2014, 8 ans seulement mais une éternité passée et une autre encore à attendre de voir le bout du tunnel.

Heureuse journée à vous.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s